Skip to content

WEEK END VOSGIEN

Bonjour à tous.
Le dernier week end de juin restera un excellent souvenir, mon ami LAURENT et moi avons enmenés nos chères et tendres avec nous dans les vosges pour un week end pèche du coté de SAULXURES SUR MOSELOTTE, superbe rivière que nous avions pratiqués il y a 3 ans avec le club de provins, dans un coin de ma pauvre tète je me rappellais que le no-kill de SAULXURES était habité par de nombreuses farios et de jolis ombres communs.
Notre périple a commencé ce samedi sous un ciel peu engageant, mais la pluie nous épargnera.
Après avoir pris possession du chalet au camping de la base de loisir, nous nous équipons pour aller taquiner truites et ombres, arrivés au bord de l’eau, nous constatons que celle-ci est légèrement piquée, mais la pèche reste possible.
Nous attaquons la matinée de samedi sur le haut du no-kill, sous le PONT DES AMIAS, mon ami LAURENT opte pour la sèche (oreille de lièvre et cul de canard), du classique, il piquera sur un petit périmètre queques petites farios entre 15 et 20 cms.
Pour ma part je commence en nymphe au fil puisqu’il est difficile de repéré les poissons, je tente plusieurs postes mais aucune touche ne viendra gratifier mes coulées, je passe donc en sèche et là je touche comme mon ami quelques riquettes bien jolies qui sautent comme des furies sur nos imitations.
La matinée s’achève dans la bonne humeur, nous sommes content de nous et nous partons nous restaurer au snack du camping.
L’après midi nous nous dirigeons vers le bas du parcours no-kill ou de beaux radiers nous attendent, l’eau s’est éclaircie et nous allons continués en sèche, toujours les riquettes et toujours pas d’ombre, mais cela suffit à notre bonheur « on est à la pèche ».
Nous attaquons les radiers les uns après les autres et les sympathiques riquettes se succèdent, lorsqu’une aspiration aussi minime que possible fait disparaitre mon oreille de lièvre, ferrage délicat, « HOP c’est pendu », ma canne prend des courbes prononcées, ça part dans le courant, c’est plus gros et je crains pour mon 10/100, mais je maitrise et la belle se rend, une superbe fario de 36cms, je suis aux anges, tandis que mon LOLO me surprendra avec un magnifique ombre commun, et oui il en reste.
Petite pause cigarette avant le coup du soir et j’en profite pour faire quelques photos du parcours.
Le temps change et tent vers l’amélioratoion de timides éclaircies redonnent un peu lumière, nous allons pousser plus loin la partie de pèche.
Pour le coup du soir nous nous postons au dessus du PONT DES AMIAS, dans un petit radier je piquerai en l’espace de 20 minutes, 6 magnifiques farios entre 20 et 30 cms.
Et mon LOLO restera sur des riquettes et 2 ombres communs.
Le lendemain dimanche matin nous partons pour le PONT DES GRAVIERS, petit parcours, mais dans mon souvenir de 3 ans, bien sympathique.
Je ne m’étais pas trompé, mon ami LAURENT piquera de magnifiques ombres dans le dernier radier qui accuseront tout deux les 40 cms, puis en remontant il fera 6 farios de 25 cms, « il m’a mit la pige sur cette matinée, moi je suis resté sur les riquettes de 15 cms.
L’après midi sera courte puisque nous reprenons le chemin de retour vers 17 heures, une séance de 2 heures, cette petite après midi sera bénéfique, puisque je prendrai mon poisson du week end, une superbe farios de 42 cms qui me donnera de belles frayeurs dans un rush vers des blocs rocheux, ce n’est pas souvent que je prend des truites comme celle-ci en rivière, mais tout ce passera bien et j’aurais un immense plaisir de contempler ce magnifique poisson.
Vraiment un très agréable week end point de vue pèche, nos femmes, elles se sont éclatées comme des folles aux soldes à GERARDMER et ont trouvées la région jolie.
Nous y reviendront c’est certain.

HALIEUTIQUEMENT VOTRE
Published inRecits Peche Moucheriviere