Skip to content

LAC DE LA LANDIE, AU TOP!

Bonjour à tous.

De retour d’un nouveau séjour dans ce lieu mythique de la pêche à la mouche en eaux closes.

LE LAC DE LA LANDIE est toujours aussi majestueux. L’accueil de Damien et Franck, qui ont trouvés leur vitesse de croisière, est dés plus sympathique.

 

Après le petit café de bienvenue nous allons dans notre chambre y déposer nos sacs et nous changer.

Nous remarquons que les radiateurs électriques ont été changés pour des modèles plus « design » et moins gourmands en énergie, ainsi que dans la salle de bain où un chauffe-serviettes électrique a été également installé, ceci est très appréciable lorsque vous rentrez après une partie de pêche un peu humide, une serviette chaude et sèche est réconfortante.

 

En prenant possession des embarcations, nous constatons que de nouveaux moteurs électriques et batteries équipent les barques, beaucoup plus puissants que les précédents, ainsi que de nouvelles épuisettes avec des mailles en une sorte de plastique très dur indestructible (kevlar), fini les hameçons qui s’accrochent dans le filet, il faut dire que les précédentes avaient fait leur temps.

 

Une fois sur l’eau les choses sérieuses commencent, les ronds ne sont pas épisodiques, de nombreux poissons se repaissent d’insectes morts, les leurrer est difficile avec le manque de vent et ce grand soleil, certaines dorsales visibles de loin augurent que se sont de gros poissons très méfiants, une technique permettra de les surprendre, « la corde à linge » (technique que nous utilisons souvent au DOMAINE DE LA SALAMANDRE), cette technique consiste à mettre en pointe une sèche et sur la ou les potences des nymphes peu ou pas lestées pour entraîner le bas de ligne de 18/100 sous la surface, mais attention lorsqu’une des nymphes est prise la touche et le démarrage sont très souvent violents et le frein doit être bien réglé.

 

truite jaune du lac de la landie

 

Puis sur les coups de 10H30 le vent d’ouest-sud ouest s’installe formant des vaguelettes salvatrices, rendant les poissons moins méfiants pour happer nos sèches, quelques phryganes rousses de belles tailles (environ 2cm) flottent à la surface, quelques unes se font un peu de patinage, ce qui a pour effet d’exciter les truites qui ne traînent pas loin de la surface.

 

L’après midi, le ciel se couvre et avec ce vent d’ouest les dérives sont exceptionnelles sur toute la longueur du lac, des dérives d’1km qui permettent de croiser bon nombre de poissons en activité nourricière dans les couloirs de vent, les mouches prenantes pour ce mardi seront des mouches contenant du chevreuil (elk hair caddis roux, goddard roux ainsi que la championne du monde avec collerette en lièvre naturel ou noir), très peu d’attaques sur les chiros, seulement un poisson pris avec cette mouche, le reste se faisant en sèche.

 

la landie à la nuit tombante

 

Le mercredi matin, le vent est déjà là, le temps est couvert voire menaçant mais il n’en sera rien, pas de pluie pour ce séjour,

nous prenons les mêmes et recommençons notre traque.

Le vent forcit un peu, rendant la pêche plus aléatoire vers « l’amazonie », d’ailleurs sur ce secteur pas de poissons repérés.

 

Les dérives seront moins longues car il est inutile de poursuivre au de là de la fosse, les mouches sèches auront de belles passes mais cette fois les chiros seront moins snobés, ce qui me permettra de capturer mes plus beaux poissons du séjour, la majeur partie des prises se situera dans une fourchette de 1Kg à 1,5Kg.

Tous les poissons touchés offriront un combat de toute beauté, vendant chèrement leurs écailles, et chaque fois laissant supposer que c’est la truite de l’année au bout de ce nylon.

 

Dans l’après midi les nuages laisse place à de belles éclaircies, se qui laisse augurer un coup du soir prometteur, mais il n’en sera nullement question puisque le vent se calmant rapidement et la surface devenant lisse comme un miroir sans la moindre éclosion, les truites regagnent les profondeurs pour laisser les rotengles batifoler et faire les fous.

 

Voilà notre séjour touche à sa fin, les captures ont étés nombreuses et qui plus est avec nos techniques de prédilections.

 

La teneur des repas a également évoluée dans le bon sens, surtout pour « l’assiette anglaise » qui l’année dernière m’avait laisser sur ma faim, peut être que des remarques ont étés faites par quelques clients, en comparaison avec d’autres sites concurrents.

 

Nous pouvons dire mes amis et moi, que cette année nous avons retrouvés LE LAC DE LA LANDIE tel que nous l’avions connus à l’époque de sa splendeur sous la houlette d’ HERVE THOMAS, loin de moi de dénigrer les périodes suivantes qui ont été également géniales mais dans des registres bien différents.

 

 

 

 

 

HALIEUTIQUEMENT VOTRE! 

Published inRecits Peche Mouchereservoir