Skip to content

ENFIN LE DEGEL

Bonjour à tous.

Maintenant que le dégel est amorcé nous pouvons retourner au DOMAINE DE LA SALAMANDRE, un réservoir que nous apprécions et qui plus est se situe à moins d’une heure du domicile.

Rendez-vous pris auprès de VINCENT pour ce dimanche après midi, l’affluence n’est pas encore à son comble, mais une dizaine de pêcheurs sont en action, soit du bord, soit en barque.

Nous avons choisis cette option pour être au plus près des poissons qui sont en activité de surface après l’étranglement qui mène vers le fond du lac.

Un sympathique soleil hivernal nous réchauffe quelque peu et un léger vent de sud ouest ride la surface du lac par endroit mais les truites se tiennent et gobent dans les endroits ou le vent ne souffle pas, donc dégraissage du bas de ligne de rigueur sinon c’est le refus assuré.

Équipé pour ma part d’une soie flottante dont le bas de ligne supporte deux larves de chiros, un noir et un olive, mais les touches sont délicates à voir, je toucherai quand même quelques poissons avec ce mariage, tandis que l’ami LAURENT commencera par balayer la surface de sa soie intermédiaire accouplée d’un bas de ligne supportant un streamer blanc.

Les touches comme les suivis seront rares voire inexistantes.

Sur les coups de deux heures l’activité de surface redouble et nous remarquons que ces dames sont attablées sur de minuscules diptères noirs.

Nous décidons de les surprendre en montant sur le bas de ligne de nos soies flottantes, un chevreuil en pointe et une nymphe de chiro en potence, avec ce mariage nous enregistrerons bon nombre de touches accompagnées de prises tantôt modeste et parfois de belle taille, quelques décrochés seront à déplorer mais le plaisir est là.

Après quelques prises les chevreuils commencent à être dédaigner par les truites c’est alors que nous changeons le chevreuil pour le fameux BAOBAB, un suspender olive orné d’une bille de polystyrène de taille sur-dimensionner par rapport à l’hameçon de 12 courbe.

Cette mouche aura pendant un certain temps les faveurs de ces dames et saura  les rendre folles au plus haut point (on aperçoit cette mouche sur la vidéo).

Pendant notre partie de pêche, une chasse à cour au chevreuil était organisée, les cavaliers équipés de leur cor sonnaient tantôt le rassemblement, tantôt le rabattage, les nombreux chiens courraient dans tous les sens en aboyant.

Le résultat fut maigre pour cette chasse comme d’habitude car le gibier se cache devant tout ce ramdam.

Notre fin de partie de pêche fut laborieuse sans un souffle de vent, les truites devenaient très tatillonnes et ne nous laissaient pas grande opportunité de plier du carbone et le froid commençait à se faire ressentir et nous décidames de rentrer au bercail.

Une fois de plus le DOMAINE DE LA SALAMANDRE nous aura apporté notre dose d’émotions halieutiques.

 

 

 

HALIEUTIQUEMENT VOTRE !

Published inRecits Peche Mouchereservoir